La Roche-sur-Yon contre l’homophobie.

Un élan de solidarité contre l’inqualifiable

Vendredi, ils étaient 820 personnes, selon la police, à l’initiative de Luc Bouard, maire, à s’être donné rendez-vous place Napoléon pour dénoncer les actes homophobes qui se sont déroulés le week-end précédent en plein cœur de la cité Napoléonienne.

Elus, sympathisants, mais aussi de nombreuses familles avaient fait le déplacement parfois de loin pour dire non à l’injustice qu'ont subie certaines associations (cf nos articles précédents) lors de la journée nationale qui leur avait été dédiée. Parmi les anonymes, beaucoup à travers des slogans condamnaient l’ICES (institut Catholique d’études supérieures). Dans la foule, certains criaient des encouragements au mariage pour tous pendant que d’autres prônaient auprès de leurs enfants la tolérance.


Charlotte est venue avec ses filles de 8 ans. « Nous voulions montrer notre soutien face aux événements qui se sont déroulés la semaine dernière. C’est inadmissible, d’autant plus que nous avons le devoir, en tant que parent, d’inculquer à nos enfants que les adultes qu’ils seront demain doivent être tolérants ». Charlotte a expliqué à ses jumelles, tout simplement, les faits. « Elles ont parfaitement intégré ce schéma familial qui ne se résume pas forcément à un papa et une maman. L’une m’a même demandé comment on fait un cadeau de fête des mères lorsqu’on a deux mamans. C’est tellement simple avec les enfants. On ne peut pas faire grand-chose pour les adultes de maintenant mais, pour nous parent, c’est un devoir ».


Yvon est quant à lui venu manifester la liberté de chacun. Pour la démocratie, il a trouvé important de se déplacer. « C’est vraiment honteux, surtout venant de gens qui vont à la messe. Maintenant il faut le dire et agir. Je suis ému qu’il y ait autant de gens ce soir ».


Didier est président de Gay’titudes. Comme bon nombre, il est venu dire stop à la discrimination. « L’homophobie est très présente dans le département et ce depuis longtemps, véhiculé par certains élus. Heureusement la municipalité de la Roche est de notre côté ». Pour Didier, ce rassemblement prenait des allures de Gaypride. « 50 ans que nous voulions ça à la Roche. Je déplore l’attitude de certains étudiants de l’ICES qui est financé par l’argent public. J’attends maintenant de voir le résultat. On n’oubliera pas ces fils de bourgeois. Tous les ans ils viennent nous agresser verbalement à 4 ou 5 mais là ils sont venus à beaucoup ».

Retour en images.

La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 1La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18La Roche sur Yon contre lhomophobie 1 sur 18

01/05/23
Des milliers de personnes contre la réforme des retraites à 64 ans Le 1er mai 2023, la ville de L...

13/04/23
En raison d'un mouvement de grève nationale contre la réforme des retraites, les lignes 1, 2, 4, 6...

12/04/23
Une grève nationale aura lieu le jeudi 13 avril, entraînant des perturbations sur la ligne 2 du r...

12/04/23
Depuis trois mois, des millions de personnes ont fait grève et ont manifesté en France pour prot...

06/04/23
La ville de La Roche-sur-Yon a été le théâtre d'une manifestation massive ce jeudi 6 avril en d...

05/04/23
Les lignes 1, 2, 3, 4, 6 et 7A/7B affectées le jeudi 6 avril, la place Napoléon fermée à partir ...