Actualité : Société

La Roche-sur-Yon. SDF : Les commerçants de la rue Clemenceau sont à bout.

« Il ne faut pas confondre ceux qui font la manche et ceux qui ne la font pas » lance un commerçant de la rue Clemenceau, avant de nous faire part de son mécontentement.

Depuis plus d’un mois, de nombreux SDF ou marginaux squattent la rue Clemenceau au niveau de la Poste, devant l’ancien Office de Tourisme et le manège. Trop c’est trop pour les commerçants excédés, qui ont lancé une pétition afin d’interpeler le maire.

« On n'en peut plus, ils agressent les clients et on ne peut rien leur dire » s’indigne une autre commerçante excédée. Mercredi après-midi, ils étaient 25 selon la commerçante.

Les marginaux viennent en début d’après-midi et s’alcoolisent. « Ils dealent même à ciel ouvert. On sait même le prix de, je ne sais trop quoi, mais c'est 45 € le gramme ! Au bout d’un certain temps, l’alcool faisant son effet, c’est là que ça commence, certains insultes les passants quand d’autres dérangent les clients des commerces voire même entre les magasins »

rue clemenceau 1 sur 1La rue Clemenceau est calme le matin.

La police est intervenue. Elle a récupéré l'alcool dans les sacs. Ensuite, « ça reprend peu de temps après… c'est vraiment insoluble ! »

 

« Je croyais que l'alcool était interdit sur la voie publique et que les chiens devaient être tenus en laisse. Pourquoi ne fait-on pas respecter la loi ? » s’interroge un autre commerçant.

 

Le Maire a prévu de rencontrer les commerçants, mardi prochain pour essayer de résoudre ce problème, qui est complexe.

Interrogé, Luc Bouard, dit prendre en compte les inquiétudes des commerçants. « On a fait accélérer et multiplier le nombre de passage de la police sur la rue Clemenceau » avant de préciser que la municipalité « ne fait pas ce qu’elle veut avec les SDF. On ne peut que faire respecter la loi. C'est pour cela que j'avais pris un arrêté l'année dernière qui permettait de prendre en compte la mendicité agressive. » Arrêté qui avait fait couler beaucoup d’encre.

« Dieu sait ce que j’ai entendu là-dessus et pourtant aujourd’hui, il est plus que temps que l’on puisse remettre cet arrêté en cours pour que l’on puisse à nouveau agir. »

Le maire précise n’avoir eu aucun retour de personnes qui ne viendraient plus dans la rue Clemenceau à cause de la présence des SDF. « En revanche c’est quelque chose qui nous inquiète avec des gens qui sont difficilement canalisables et pour lesquels on est tenu évidemment de respecter la loi. Nos policiers municipaux, comme nationaux sont attentifs à ça. Ils vont accentuer leur présence et leur pression pour faire déguerpir ces gens-là.»

« Le problème est plus profond que ça. Quand ils quitteront cet endroit, ils iront dans d'autres endroits et, à ce que je sache, il n'y a pas de mesures qui permettent de les amener dans une autre ville, dans un autre lieu où ils recommenceront la même chose. Nous avons continué à développer les services sociaux de la ville pour qu’ils s’occupent de ces personnes qui ne sont pas toujours faciles à capter pour certaines d’entre elles. J'insiste sur le fait qu'il faut vraiment séparer les choses entre ceux qui ont une mendicité agressive et ceux qui font la manche paisiblement et qui sont parfaitement acceptés par la population. »


Le maire revient également sur l’arrêté anti-mendicité qui avait fait couler beaucoup d’encre et qui devrait être renouvelé. « D'ailleurs quand on allait faire cet arrêté, qui me permettrait d'aller plus loin sur la mendicité agressive, les premiers à nous remercier c'était ceux qui n'étaient pas agressifs »

 

Publié le 06/06/2019
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement