Actualité : Société

Vendée : Bilan de la sécurité routière et de la délinquance en 2017.

bilan 20180201 1295960704À l'occasion d'un point presse mercredi après-midi, le préfet de la Vendée Benoît Brocart, le procureur de la République Hervé Lollic, le colonel de gendarmerie Olivier Chevreul et le Commandant Laurent Dufour, directeur départemental de la sécurité publique ont présenté un bilan de la délinquance et de la sécurité routière en Vendée en 2017.

 

Sécurité routière
Malgré une baisse du nombre des victimes en 2017 sur les routes de Vendée, soit 37 (contre 56 morts en 2016).

 

« Si l'on regarde le nombre de tués sur les routes ces dernières années, il oscille entre 30 et 60. Ce qui n'est pas une bonne indication » précise le préfet Benoît Brocart.

 

Un chiffre qu'il faut relativiser, car le nombre de blessés en 2017 représente 466 personnes soit une augmentation de 29,4 %.

 

Les adultes de 25/49 ans, sont la catégorie la plus touchée par les accidents mortels avec les jeunes de moins de 25 ans. Les principaux facteurs accidentogènes sont la vitesse et l'alcool à l'origine de 55 % des accidents mortels.

 

La vitesse est constatée dans 31 % des accidents mortels, et la consommation d'alcool et/ou de stupéfiants dans 20 % des accidents mortels.

 

2 000 permis de conduire ont été suspendus ou révoqués en 2017.

 

Délinquance
Au niveau de la délinquance, les atteintes aux biens sont relativement stables avec une hausse de 0,5 % pour 12 907.

 

Les vols dans les véhicules ont diminué de - 13 %, se retrouvant à 1511. En revanche, les cambriolages dans les logements enregistrent une augmentation significative de 13,5 %.

 


Les atteintes à l'intégrité physique, 3164, ont augmenté de 5,2 %. Les violences sexuelles sont en augmentation de 15 %. Cette tendance peut s'expliquer en partie par la libération de la parole chez les victimes de ce type de violence.
Les violences conjugales font l'objet d'un nombre de déclarations ou de signalements au nombre de 832 en 2017.

 

" En termes de délinquance, la Vendée est un département beaucoup moins exposé que la moyenne des départements français", précise le préfet Benoît Brocart.

 

Lutte contre le terrorisme

Au cours de l'état d'urgence, aucune assignation à résidence n'a été prononcée en Vendée.

Le nombre de fichés "S" n'a pas été divulgué.

Deux unités dédiées de la police et de la gendarmerie nationale sont préparées en Vendée à se projeter immédiatement sur un point d'action terroriste en vue d'appuyer ou de relever les primo-engagés dans l'attente de la projection d'une unité spécialisée.

En complément du dispositif mis en place avec les forces de police et de gendarmerie, la Vendée continue à bénéficier du soutien des militaires de l'opération sentinelle dont la mission consiste à surveiller et protéger les lieux d'affluence : le grand parc du Puy-du-Fou, les centres commerciaux, la gare de la Roche-sur-Yon, la place Napoléon et le remblai des Sables-d'Olonne. Ce sont 60 militaires qui ont été déployés en premier au 31 août 2017.

 

En zone urbaine (la Roche-sur-Yon, les Sables-d'Olonne)


Côté sécurité routière, « il y a encore des accidents mortels en zone urbaine c'est-à-dire qu'il y a encore des gens qui roulent trop vite, qui sont en état d'ivresse qui sont, en matière de stupéfiants, positifs et d'autres sont au téléphone" commente Laurent Dufour le patron de la police.

 

bilan 2017 securite routiere delinquance 20180201 1813705453

de gauche à droite : Olivier Chevreul, Colonnel du groupement de la Gendarmerie, Hervé Loliic, procureur de la République et Benoit Brocart, Préfet de la Vendée.

Publié le 01/02/2018
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement