Actualité : Société

La Roche-sur-Yon. Une rentrée scolaire masquée.

Mardi, comme partout en France, les petits Yonnais ont repris le chemin de l’école. Si certaines familles attendaient ce moment avec impatience, d’autres étaient partagées entre doutes et angoisses. Pourtant, dans les groupes scolaires de la ville, comme celui de Jean-Yole, tout avait été mis en place pour assurer les gestes barrières.

Dès le portail, l’enseignant se veut rassurant. « Vous savez ce que ça représente un mètre ? Et comment fait-on pour bien se laver les mains». Sous les conseils protecteurs de leur instituteur, les enfants s’exécutent. Bien positionnés sur les traits, ils attendent avec impatience que le camarade de devant applique les bons gestes pour pouvoir les faire à leur tour.

une rentrée scolaire masqué la Roche sur Yon LRSY Covid 19 1 109% des maternelles et 10% des primaires ont fait la rentrée scolaire post [Covid-19]

Une rentrée en faible effectif

La rentrée, comme ailleurs se fera progressivement. Ce mardi, 110 enfants de maternelle (9% des effectifs) et 206 primaires (10%) auront ressorti le cartable. Jeudi, ils seront 278 chez les plus petits et 484 chez les plus grands soit 25% des inscrits. « Nous sommes très en dessous des effectifs sur lesquels nous tablions. Cela nous permet de mettre en place une organisation. Nous risquons de rester comme ça au moins jusqu’au vacances d’été », souligne Luc Bouard, maire de la ville. Pour autant, les équipes ne partent pas de zéro puisque, pendant le confinement, elles ont accueilli sur deux sites les enfants de soignants du secteur. Plusieurs scénarii de reprise avaient été étudiés en amont depuis plusieurs semaines.

une rentrée scolaire masqué la Roche sur Yon LRSY Covid 19 10

Une nouvelle organisation

« Aujourd’hui, je vais principalement revoir les choses des dernières semaines qui n’ont pas forcément été intégrées. Pendant le confinement, le travail a été très disparate. Il est difficile de savoir ce qui a été réellement fait. Certaines familles ont envoyé les devoirs régulièrement, d’autres pas du tout. Pour autant, ce ne sont pas celles qui n’ont rien envoyé qui ont le moins travaillé », constate Bastien Périnelli, enseignant. Toute la méthode de travail est à revoir pour assurer la continuité pédagogique tant en présentiel qu’en distantiel.

« Cette période est difficile. Les 8 dernières semaines se sont bien passées sur la ville. Nous avons tous un rôle à jouer en respectant les règles, vous comme moi si nous voulons en septembre nous retrouver en toute tranquillité. Il faut savoir accepter les règles du jeu qui sont un peu compliquées », explique Luc Bouard aux enfants.

Publié le 12/05/2020
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement