Actualité : Faits divers

La Roche-sur-Yon. Agressions du village associatif : Le centre LGBT de Vendée veut que le procureur fasse appel.

Suite aux agressions subies à l’occasion du village associatif, le 18 mai dernier, hier, le tribunal correctionnel de la Roche-sur-Yon a rendu son verdict.

Sur les douze étudiants qui ont été reconnus coupables du délit d’entrave à une manifestation, 5 ont été condamnés à 2 mois de prison avec sursis et de 100 à 240 h de travaux d’intérêts général pour tous.


Les parties civiles ont obtenu des indemnités pour un total de 6952 € pour dommages et intérêts et préjudice moral. LGBT Vendée 1150 €, AIDES 1000 €, le planning familial 1000 €, TransInterAction 1000 €, Mme Biré 1000 €, Mr Biré 1000 €, Mme Louangues 800 €, Mr Chaigne 1 €.et Mr Hernele 1 €.


« On ne peut qu’être déçu de la relaxe sur les faits d’injures concernant l’orientation sexuelle et nous souhaitons que le parquet fasse appel. » commente Sophie Proquin-Salacroup, présidente du Centre LGBT.


Le centre LGBT de Vendée ne peut pas faire appel car c’est le procureur qui a déterminé les chefs d’occupation. Le centre LGBT n’a donc aucun recours.


Pour la ligue des droits de l’homme, Michelle Biret souhaite que cela serve de leçon « Si nous avons porté plainte, c’est pour dire plus jamais ça. Cela ne doit pas exister. C’est un délit. »

Martine Peteytas, responsable du Planning Familial, témoigne « j’étais très contente d’entendre la juge au début de son intervention dire vous êtes coupables de… ça, cela m’a plu. Ce qui me choque un peu, c'est que l’injure n’a pas été retenue. Notre priorité était de démontrer que l’homophobie n’est pas une opinion. Je pense que l’on est passé à côté de ça et qu’il y a encore du travail à faire. »

Publié le 10/09/2019
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement