Actualité : Sécurité

La Roche-sur-Yon. Couvre-feu, confinement, entretien avec Luc Bouard.

Ce soir, le couvre-feu entre en vigueur de 20 heures à 6 heures. Luc Bouard, le maire de la Roche-sur-Yon, a répondu à nos questions sur l’arrêté qu’il a pris hier.

Vous avez pris la décision d’instaurer un couvre-feu à la Roche-sur-Yon. Quel en est l’objectif ?
J'ai estimé, au vu des remontées que j'ai eues dans les quartiers, avec le nombre d'alertes avec des gens qui ne respectent pas le confinement et qui restent à se promener dehors à des heures indues à un moment où tout le monde doit se protéger soi et protéger la population, j'ai estimé qu’il était de mon devoir de prendre cette décision de couvre-feu.

Jamais de ma vie je n'aurais imaginé être amené un jour à signer ce document et ce n'est pas la chose la plus agréable qu'on ait à faire dans la vie. J’estimais que c'était nécessaire pour que chacun prenne conscience de la nécessité de s'isoler, de se confiner pour éviter de contaminer les autres et de se contaminer. Ce qu'il faut comprendre là, c'est qu'il faut qu'on se batte tous ensemble contre la progression du virus, ce que les gens ont du mal à comprendre, c'est qu'aujourd'hui, c'est vrai, on est bien en Vendée, bien à La Roche-sur-Yon.

On a quelques cas qui sont, c’est vrai, dramatiques, mais on en a très peu par rapport à certaines régions de France. Tous les scientifiques nous disent que ça arrivera. Si on veut que ça arrive le plus doucement possible et que ce soit le moins dramatique pour nous tous, il faut retarder l'arrivée et la propagation du virus, ce qui permet au service de soins départementaux de se mettre en ordre de marche et de traiter les cas les uns après les autres et de ne pas avoir une masse de malades qui arrive d'un seul coup. En ce sens il faut prendre toutes les mesures pour arrêter la propagation du virus, c'est dans ce sens-là que j'ai pris cet arrêté, hier, de couvre-feu.

Luc Bouard 10Entretien téléphonique avec le Maire qui était à son bureau.

Qu'est-ce que cela suppose, le couvre-feu ?

De 20h à 6h du matin, on ne circule pas dans les rues, sauf à avoir une dérogation pour le travail ou pour se rendre en urgence vers un rendez-vous médical, sinon on ne circule pas.

Pourquoi l'avoir déclenché sans attendre l'avis du préfet ?
Le préfet nous a avertis, tout à l'heure, qu’il ne prendrait pas la mesure au niveau de la Vendée. Je pense qu'il a tort, mais c'est le préfet qui décide, c'est l'autorité.
Après, il appartient à chaque maire de prendre ses responsabilités. Il faut bien comprendre une chose : la population de La Roche-sur-Yon, au niveau de sa densité, au niveau de l'urbanisation de la ville, n'a pas grand-chose à voir avec la plupart des autres villes de Vendée. Donc on est obligé de prendre des mesures spécifiques pour la Roche-sur-Yon par rapport à d'autres villes de Vendée. C’est ma responsabilité de veiller sur les 55000 Yonnais. C'est pour ça que je l'ai fait.

Y avait-il des problèmes particuliers le soir ?
Beaucoup de gens m'ont signalé des allées et venues le soir, à la nuit tombée, avec un certain sentiment d'impunité à ce moment-là. Donc il faut enlever ce sentiment. Il faut que les gens comprennent que ce n'est pas pour les embêter, que l’on prend cet arrêté, c'est pour les protéger vraiment !

Comment cela va-t-il se concrétiser ?
Les policiers nationaux seront amenés à verbaliser et à patrouiller pour surveiller la mise en place du couvre-feu.

Aujourd'hui les gendarmes sont amenés à donner un coup de main de temps en temps et on verra, en fonction du respect du couvre-feu, ce que la police nationale et la gendarmerie pourront déployer sous les ordres du préfet.

Il va y avoir des effectifs supplémentaires ?

C'est le préfet qui va décider du déploiement.

Le couvre-feu va durer combien de temps ?

Pour l'instant, jusqu'au 31 mars.Que chacun fasse attention à lui et fasse attention aux autres, j'ai moi-même un adolescent à la maison, je comprends que c'est difficile de rester à la maison, surtout avec le soleil qui nous avait abandonnés depuis 6 mois et qui nous nargue aujourd'hui. Mais on en profitera après tous ensemble. Pour l'instant, tout le monde doit se rendre compte que nous avons une bataille à gagner contre ce satané virus, et qu'on doit la gagner ensemble.

 Avez-vous été dépisté ?

Non, aucune raison, je ne tousse pas, je n'ai pas mal au crâne, je suis en pleine forme.

Publié le 23/03/2020
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement