Actualité : Politique

Municipales 2020. Les voies citoyennes, un nouveau collectif à gauche.

Elles sont issues de la société civile, de mouvements associatifs, des gilets jaunes...  Les voies citoyennes comptent bien se faire entendre à l’occasion des prochaines élections municipales. Clairement positionnées à gauche, elles vont aller à la rencontre des habitants pour leur présenter leur long travail sur les thèmes liés à l’environnement, la solidarité, la démocratie citoyenne et l’égalité femme-homme. Elles se définissent comme des « acteurs du territoire ».

MUNICIPALES 2020 LES VOIES CITOYENNES 10

Le collectif, qui revendique 150 personnes aujourd’hui, a commencé à se réunir à partir de juillet 2018. Au début ils étaient une vingtaine. Ils habitent tous la Roche-sur-Yon « on y travaille, on participe à la vie culturelle, associative, éducative… » Ensuite, le collectif s’est ouvert. 90 personnes ont assisté à la première réunion. Le travail a continué avec des commissions thématiques qui a rassemblé une soixantaine de personnes.

Rendez-vous était donc donné dans le quartier des Pyramides. « C'est important, c'est un symbole, on est au sein d'un quartier prioritaire, car on sent un effritement du lien social dans ces quartiers. Notre proposition est une politique ambitieuse pour mettre de l'humain au cœur du projet. »

La politique sécuritaire de la municipalité ne convient pas au collectif. « On ne règle pas une question de sécurité dans ces quartiers en mettant une caméra au coin d'un immeuble, ce n'est pas vrai. Il faudrait utiliser les animateurs du quartier qui ont des contrats très courts et sont mal payés. Il faudrait les utiliser pour qu'ils puissent devenir des éducateurs de rue ou des médiateurs sociaux, il faut remettre de l'humain, des services publics dans les quartiers. »

La démocratie participative telle qu’elle existe sur la ville ne convient pas au collectif qui la considère « complètement bâillonnée. » Les voies citoyennes veulent la réinventer « en mettant le dialogue citoyen au centre de l'action municipale. Ça pourrait aller jusqu'au référendum d'initiative citoyenne. »


« A chaque fois il y a un projet sur la ville, on fait appel à un bureau d'études. Les esquisses qui ont été faites sur le stade Jules Ladoumègue, "c'est à mourir de rire" comme le palais municipal et ses 12 millions d'euros ou encore les maisons de quartiers... ce qui s'est fait sur la Roche-sur-Yon depuis cinq ans avec le regroupement, c'est catastrophique. Elles ont perdu leur âme. »

Pour le collectif, le maître mot c’est la confiance. « Quand on entend Emmanuel Macron ou Luc Bouard, sur les discours, il n’y a pas de problème mais les actes sont problématiques. »

Une liste aux prochaines municipales ?

Quand on pose la question au collectif sur la constition d'une liste aux prochaines municipales,  la réponse est presque claire « On n’est pas dans une dynamique de liste on est dans une dynamique de projet. Cela fait un an que l'on travaille dessus. La question ne se pose pas comme ça. Ce qu'on a voulu faire d'abord c'est se dire que les constats sont partagés, on a une vision partagée et elle est cohérente avec ce qu'attendent les acteurs de la ville de la Roche-sur-Yon ».

La question n’est donc pas tranchée à l’heure actuelle. Le collectif se donne jusqu’à la fin de l’année pour aller rencontrer les Yonnaises et les Yonnais mais aussi les partis de gauche. La Roche solidaire et écologique qui rassemble les partis de gauche, sauf les Insoumis, ne semble pas être dans l’ADN des Voies citoyennes. « Au début, ils étaient complètement divisés en s'envoyant des invectives. Travailler avec eux c'était compliqué. Et puis on constate qu'il y a une vraie défiance aujourd'hui des étiquettes et des partis politiques. L'idée est maintenant d'aller discuter avec tout le monde et donc on va aussi aller discuter avec, car ils font partie du paysage politique local. Le fait qu’ils se soient rassemblés, c'est une bonne chose, il faut le dire. Baser la réflexion sur les partis politiques cela ne fonctionnera pas, on ne va pas gagner avec ça. »

Par contre si le collectif rencontre une forte dynamique, « dans ce cas-là, on ira. »

Contact : Facebook.

Le programme des Voies citoyennes

Réinventer la démocratie locale et le dialogue citoyen ;
restaurer la confiance envers les élus
• Permettre aux citoyen·ne·s d’être acteurs de la décision municipale : mettre en place avec les citoyen·ne·s un cadre permettant des référendums d’initiative citoyenne ainsi que la révocabilité des élu·e·s, faire participer des citoyen·ne·s aux commissions municipales, mettre en place des forums citoyens à l’échelle des quartiers et de la ville, organiser des débats systématiques sur les projets structurants de la ville
• S’engager sur la transparence des décisions et des budgets : communiquer clairement sur les coûts des travaux, garantir l’équité dans l’attribution des subventions municipales
• S’affranchir du financement de projets clientélistes ou basés uniquement sur les performances et le résultat individuels
• Soutenir les projets d’habitant·e·s dont l’effort est porté sur le caractère écologique, rassembleur, convivial et solidaire
• Assurer une gestion saine des finances publiques avec un recours limité à la dette
• Les futur·e·s élu·e·s municipaux·ales ne cumuleront pas les mandats locaux et limiteront leur longévité à deux mandats maximum dans le temps
• Les futur·e·s élu·e·s devront s’engager à signer la charte d’Anticor (contre la corruption) et ne devront faire l’objet d’aucune condamnation inscrite au bulletin no 2 du casier judiciaire.

Combattre la précarité sociale et économique
et développer une économie saine au service des citoyens et du lien social
• Mettre en place le dispositif « territoire zéro chômeur longue durée » permettant de favoriser le développement des emplois dans les métiers de l’environnement, de l’agriculture biologique, de la gestion des déchets, du recyclage, du transport doux…
• Soutenir le développement d’entreprises d’insertion
• Permettre aux commerces existants de se stabiliser sans organiser la concurrence entre eux
• Arrêter le développement des surfaces commerciales quand tant sont encore vides
• Apaiser le centre-ville en stoppant les travaux inutiles
• Permettre l’émergence d’une maison des services de proximité en vélo (petites réparations, livraison, petit déménagement…) qui permettra une juste rémunération des entrepreneurs sans qu’ils soient soumis à des conditions de travail précaire
• Développer une offre d’animation de qualité dans le centre-ville en s’appuyant sur les associations culturelles et sportives
• Limiter l’ouverture des commerces le dimanche.

 

Restaurer les services publics au service des habitants,
sur l’ensemble du territoire et en particulier sur les quartiers prioritaires
• Renforcer les services de l’éducation, de prévention et de médiation
• Mettre en place des régies municipales sur l’eau, l’alimentation (agriculture biologique), les obsèques
• Favoriser l’accès à la santé en redéfinissant le soin et la prise en charge des malades avec l’ensemble des acteurs de la santé localement (associations, soignants, citoyens, institutions)
• Installer un vrai dialogue social respectueux et collaboratif avec le personnel municipal et ses représentant·e·s.

Revoir l’offre de transport
et favoriser les alternatives à la voiture
• Aller vers la gratuité des transports en commun pour tou·te·s, revoir l’offre des transports en commun et l’abonder
• Décongestionner le centre-ville et les axes routiers encombrés, revoir le plan de circulation, permettre à tou·te·s, petit·e·s et grand·e·s, de rallier le centre-ville en vélo sans risquer l’accident
• Faire de La Roche-sur-Yon une ville exemplaire en matière de transports collectifs et doux, étendre et faciliter la pratique du transport « multimodal ».

Garantir l’accès au logement pour tous et favoriser la haute qualité environnementale dans la rénovation et la construction des bâtiments
• Définir une politique d’hébergement garantissant un logement pour chacun·e
• Impulser des programmes d’habitats intergénérationnels
• Favoriser la densification du centre-ville et la construction d’habitat social
• Consolider les programmes d’isolation phonique et thermique dans l’habitat urbain et les logements sociaux
• Combattre la précarité énergétique et soutenir la rénovation énergétique.

Créer un cadre de vie sain,
agréable et respectueux
• Diversifier et augmenter la végétalisation de la ville en favorisant la biodiversité, en engageant des plantations massives d'arbres, de haies, en végétalisant les toits de bâtiments publics, les abris bus...
• Utiliser les espaces verts municipaux pour de la production alimentaire
• Favoriser les initiatives citoyennes de jardins collectifs et partagés
• Lutter contre l’imperméabilisation des sols dans les programmes d’urbanisme
• Réduire la publicité en ville.

Proposer une architecture et des aménagements urbains 
pensés pour la santé et le confort de tous

• Construire avec les citoyen·ne·s et les associations de malades et personnes empêchées des aménagements urbains prenant en compte les déterminants de santé et les besoins spécifiques
• Lutter contre la pollution de l’air et de l’eau qui sont des biens communs et qui ne doivent plus être maltraités et gaspillés
• Créer des parcs urbains ludiques et végétalisés, favoriser l’activité sportive en milieu urbain
• Ne pas réaliser de grands projets de construction qui ne seraient pas essentiels à la vie des Yonnais·e·s
• Prioriser la rencontre et le lien social dans l’ensemble des espaces publics municipaux
• Lever le sentiment d’insécurité en favorisant les rencontres intergénérationnelles et inter-culturelles et en soutenant des actions de lutte contre toute forme de discrimination : racisme, sexisme, homophobie...

Assurer la sécurité environnementale et alimentaire des Yonnais
en organisant un approvisionnement en alimentation biologique et locale et en structurant la filière d’approvisionnement avec les agriculteurs locaux
• Tendre vers 100 % d’alimentation « bio » dans : les restaurants scolaires, les EPHAD, le portage des repas et les épiceries solidaires
• Prendre un arrêté municipal contre l’utilisation des pesticides
• Favoriser l’implantation de structures œuvrant dans le domaine environnemental.

 

Assumer une politique éducative, culturelle et sportive au service de l’émancipation, du lien social et de l’ouverture aux autres : rendre aux acteurs associatifs leur rôle de levier naturel dans la vie culturelle, sportive, solidaire et socioculturelle de notre ville
• Coconstuire une politique éducative ambitieuse en associant tous les acteurs de l’éducation (familles, jeunes, enseignant·e·s, personnel municipal, responsables associatifs et culturels) à la réflexion et à la mise en œuvre du projet éducatif territorial
• Permettre une reconnaissance humaine et financière du personnel éducatif municipal
en stabilisant et pérennisant les emplois actuels, ainsi qu’en offrant des formations adaptées tout au long de leur carrière
• Adapter la politique éducative de la ville à chaque territoire en s’appuyant sur les projets d’école et les projets des maisons de quartier
• À travers les activités périscolaires et extrascolaires, sensibiliser les jeunes à la gestion des déchets, à l’agroécologie, à l’égalité, la tolérance, la citoyenneté, la laïcité, le droit à l’intimité et à la vie privée ainsi que le respect de soi et d’autrui.
• Renforcer le soutien financier à l’action culturelle pour développer des ponts entre les acteurs culturels et ceux de l’éducation, de la santé, de l’environnement et du socio-culturel
• Organiser des assises de la culture pour établir un dialogue démocratique (rencontres entre les acteurs des milieux culturels, mise en débat des sujets phares, actions de coopérations, bilans et projections)
• Développer des espaces de création autant dans les quartiers que dans l’hypercentre à travers la réappropriation des espaces vides pour permettre aux artistes émergents et aux populations d’exprimer à leur niveau
• Faire vivre les relations et les coopérations internationales et les jumelages.

Redéfinir collectivement notre gestion des déchets
et la propreté en ville
• Créer une redevance réellement incitative
• Tendre vers un territoire zéro déchet en particulier dans les services publics municipaux
• Travailler avec l'ensemble des commerçant·e·s dans le cadre d’un vaste programme de concertation pour réduire les déchets à la source
• Proposer à nouveau un ramassage des encombrants dans les quartiers
• Développer les possibilités de récupération gratuite (ramassage des encombrants, dépôt à l’entrée des déchetteries...)
• Développer le compostage en facilitant notamment les initiatives de composts collectifs
• Réduire les déchets au maximum lors des événements municipaux et épauler les associations pour qu’elles tendent vers une réduction de leurs déchets lors de leurs manifestations.

Publié le 03/10/2019
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement