Actualité : Politique

La Roche-sur-Yon. Le Parti Communiste fait entendre sa différence.

Le Parti Communiste français a fait un point de situation lors d’une rencontre avec la presse. Après le confinement et le premier tour des élections municipales, il lance quelques pistes d’action qu’il veut mettre en avant dans les prochains jours afin de répondre aux attentes exprimées par les plus démunis.

Parti communiste français Vendée 1 sur 1

Il ne veut pas attendre le mois de septembre pour répondre aux besoins des gens, ni le second tour de l’élection municipale, qui aura lieu dimanche.


«On a vécu un épisode dramatique qui va marquer durablement la Roche-sur-Yon. »

Les communistes se sont retirés de la campagne municipale après un premier tour qui a vu le PS arriver en tête et la fusion des têtes de liste de gauche derrière Stéphane Ibarra. Engagé dans la campagne municipale avec Martine Chantecaille, ils se sont retirés de la course, préférant une présence au second tour de leur candidate.

Ils n’ont pas été entendus, donc « on avance. »

Les militants du PCF ont su appréhender la situation vécue pendant la pandémie. « Le seul qui a polémiqué c’est Stéphane Ibarra par rapport aux masques. C’est minable ! C’est un des aspects qui nous ont fait réfléchir à deux fois avant de s’engager. On a senti que, par rapport à des propositions que l’on faisait, des actions que l'on menait, il y avait une écoute et une prise en compte de nos propositions. Cela ne demande pas beaucoup de moyens, mais peut avoir une portée énorme »  explique Bernard Violain. « Il y a un fossé énorme entre la situation des gens et toutes les opérations politiques qui se sont jouées entre une poignée d’individus »

Les militants communistes souhaitaient se maintenir pour être efficaces. Cela n’a pas été possible, donc ils se sont retirés de la liste. Le PC se positionne comme force de propositions « Puisqu’on était prêt à se mobiliser pour le second tour, c’est d’être dans la continuité que de faire une construction positive . »

« On avance » c’est le mot d’ordre des militants du PCF. Des propositions fléchées sur l’été, mais pas que.

L’urgence pour les jeunes.

Des idées applicables immédiatement comme la transformation du cours Bayard en accueil de loisirs afin de permettre aux enfants des quartiers de ne pas passer deux mois dans leur école. Ce qui permettrait à des animateurs de formation qui n’ont pas de travail de se rendre utile. « L’urgence sociale n’est pas demain, n’est pas au second tour des municipales, c’est maintenant » clament les militants.

Autre exemple, en assurant au moins une sortie à la mer régulière, organisée par les collectivités en respectant les règles de sécurité sanitaires. « Le PCF est prêt à mettre ses installations dont il dispose à Saint Hilaire de Riez à disposition. »

Redonner du sens à la parole citoyenne

Les communistes veulent redonner une nouvelle vie aux maisons de quartier qui devraient devenir les « maisons du citoyen » qui seraient de véritables plates-formes citoyennes de proximité pour faciliter les échanges de services solidaires et encourager immédiatement des initiatives bénévoles.

« Jeudis de la Solidarité ».

Les « Jeudis de la Solidarité » vont reprendre bientôt., « nous continuerons à mettre en relation les familles avec les producteurs bio de notre secteur en élargissant la panoplie de ce que nous mettrons à la disposition des familles (Laitages, lait, légumes, viandes, pains...). L'objectif est de permettre à toutes et à tous de pouvoir bénéficier d'une alimentation de qualité. Nous ferons la proposition à la municipalité de créer une « Halle Solidaire » qui propose aux Yonnaises et Yonnais d'avoir accès à une large palette de catégories de produits: alimentation ; textile ; culture... Avec la même logique que les « Jeudis de la Solidarité » : Chacun donne selon ses moyens et les prix coûtants seront affichés. Elle pourrait, par exemple, s'implanter sous le marché couvert des Jaulnières. »

Le Parti Communiste compte bien continuer plus que jamais à faire vivre son slogan « l’humain d’abord » en travaillant avec la municipalité « quelle qu’elle soit. »

Publié le 23/06/2020
Abonnez-vous à notre newsletter

chargement