La Roche-sur-Yon. Welcome Vendée : la solidarité familiale.

Avec la Cimade, le réseau Welcome Vendée est une belle démonstration de ce que peut être la solidarité Yonnaise, vendéenne. Créée en septembre 2015, le réseau s'occupe principalement de la question de l'hébergement des migrants. La Cimade est plus sur les questions administratives. Welcome c'est un réseau de 300 personnes en Vendée dont une majorité dans la couronne Yonnaise.

 

Ils font un véritable travail humain, humaniste, de fourmis c'est un réseau citoyen engagé, comme ils se définissent, en proposant aux migrants des solutions de logements temporaires chez des particuliers.


Une permanence pour écouter, aider et soutenir.


C'est un mercredi comme tous les mercredis pour les bénévoles et les migrants qui viennent à la permanence de Welcome pour résoudre leurs problèmes d'hébergement. Ils sont majeurs, mineurs, avec ou sans enfants, en couple, ou seuls, ils ont un point commun: ils n'ont pas de toit.


18 heures, il y a une vingtaine de personnes qui attendent devant la permanence de Welcome. Les bénévoles arrivent juste. Ils débauchent pour certains et entrent directement dans le bain pour répondre aux questions d'hébergement, surtout, mais aussi de scolarité, de travail, de santé et d'alimentation.

 

Ce mercredi là, les premiers mots ont été pour assurer les personnes sur les coups de pétards très vifs qui résonnaient dans le pôle associatif où se tient la permanence « c'est l'effarouchement des étourneaux » ont assuré les bénévoles. « Ça ne va pas durer. »

 

Les entretiens s'enchaînent, les questions sont posées très pudiquement. Ceux qui sont venus à la permanence ce mercredi ont entre 15 et 61 ans. Certains sont accompagnés d'une personne pour la traduction. Certains sont totalement démunis et ont besoin de tout mais la première urgence à résoudre, pour beaucoup, c'est: "où vais-je dormir ce soir ?"

 

Quand le système D et le réseau font des merveilles


Ils n'ont pas tous le regard ailleurs, hagard. Quatre jeunes mineurs isolés arrivent avec un large sourire mais pétri par le froid. Ils passent leurs journées dehors. Ce soir, c'était une bonne nouvelle pour eux : ils venaient d'être acceptés dans un collège, pour l'un, et un lycée, pour l'autre. Le rêve pour eux, qui  appeler une fin de galère.

 

Pour les bénévoles de Welcome présents, il faut penser à tout pour ces quatre mineurs. Des vêtements chauds, la santé, l'argent aussi, toujours car ils n'arrivent pas comme ça au collectif qui en manque et en aurait bien besoin. « On a besoin de cache, car il faut payer les cartes de bus, le matériel scolaire, la licence de foot pour certains, les photos d'identité… la liste est longue et les moyens quasi inexistants » précise une bénévole en admettant mettre souvent la main à la poche.


Pour le réseau, un seul mot d'ordre : « aider » !


Les entretiens à la permanence se passent toujours de la même façon : de l'écoute d'abord et aussitôt, dans la foulée, ils sont tous sur leurs téléphones portables pour appeler un bénévole, un contact de leur réseau personnel pour trouver une solution de logement pour le soir même.


Les tuteurs


Welcome Vendée propose des hébergements chez l'habitant pour une nuit ou un mois maximum. 


Maryse est bénévole à Welcome. Elle est tutrice depuis deux ans. « Je suis entrée à Welcome suite à une première réunion à la maison de quartier des pyramides. C'est à ce moment-là que je me suis dit pourquoi pas et je me suis engagée. Tuteur, ça me convient bien parce que je suis Yonnaise et je connais des gens. Les hébergeurs sont des amis que je connais. »

 

Être tuteur c'est prendre en charge la vie quotidienne, mais on ne s'occupe pas de l'aspect administratif, uniquement de la vie quotidienne. Faire le lien entre la personne et l'hébergeur. « Par exemple, je leur montre comment prendre le bus pour aller aux restos du cœur ».


L'accompagnement est très important car beaucoup de migrants sont en situation de souffrance à cela, il faut rajouter la barrière de la langue. « Il faut les aider à se sortir de cette situation. »


Maryse a suivi, pendant un an et demi, trois migrants, qui ont maintenant leurs cartes de séjour et leur autorisation de travailler. Théoriquement, le travail de Welcome s'arrête là. « Mais ce n'est pas parce qu'ils ont l'autorisation de travailler que tout va bien. En vérité, ils peuvent se retrouver rapidement à la rue. »

 

Pour les migrants, c'est un vrai parcours du combattant. S'ils ne sont pas accompagnés, il est quasiment impossible pour eux de trouver quelque chose.

 

Une personne référente qui suit et accompagne ceux qui n'ont rien est un peu une maman. « Il y en a qui m'appellent maman. » indique Maryse en précisant qu'il faut vraiment faire attention au côté affectif et rester à sa place.

 

 

Pour entrer en contact avec le réseau Welcome :
Permanence : tous les mercredis de 18 heures à 20 heures au pôle associatif


La page Facebook
courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

04/02/24
Hier, samedi 3 février 2024, la communauté d'Emmaüs a célébré le 70ème anniversaire de l'appe...

25/01/24
L'impact historique et les actions contemporaines L'Appel Historique de l'Abbé Pierre Le 1er fé...

24/01/24
2023 a marqué un tournant pour le Centre LGBT de Vendée, basé à La Roche...

12/12/23
"3 700 ? Plus exactement 3 692," souligne un bénévole de la Croix Rouge, mettant en lumière l'imp...

09/12/23
Chaque année, les sapeurs-pompiers de la Vendée se distinguent par leur engagement indéfectible e...

07/12/23
Ce week-end à La Roche-sur-Yon sera marqué par une série d'événements captivants et solidaires ...