A l’occasion du Forum départemental du Service Civique, plusieurs jeunes se sont rencontrés pour échanger, salle des Ecuries, aux Oudairies.

Véritable vecteur d’insertion, le service civique permet aux jeunes de gagner en confiance, de développer leur capacité à aller vers les autres, d'entrer en communication, autant de compétences essentielles dans le monde contemporain.

SERVICE CIVIQUE 1
Présente, la FOL accueille une quarantaine de jeunes en service civique. Il y a plus de missions que de candidats.


Le service civique : « un moment dans un parcours. »

Après le BAC ou après des études, les jeunes se lancent dans un service civique pour découvrir un lieu, une activité et prendre confiance en eux.


La FOL est engagée dans l’esprit du service civique. « On est dans un accompagnement important sur des réalisations dans la mission. On prend le jeune dans sa réalité et sur ses projets d’avenir après le service civique » explique Dominique Monnery, Président de la FOL.

 

En Vendée, ils étaient 360 volontaires recrutés. Aujourd’hui, il y a 1700 volontaires, une dynamique qui a fait ses preuves.

Trouver la personne idéale pour garder son enfant n’est pas toujours chose facile. Aussi, le 14 bis a organisé vendredi soir, dans ses locaux à la médiathèque, son 4e baby-sitting dating de l’année.

BABY SITTING 4 2« L’idée est de permettre aux parents de rencontrer les jeunes. A chaque soirée, nous avons une dizaine de garçons et de filles, très souvent différents, qui proposent leurs services. Le but est de faire des mini-entretiens », souligne Sandrine Richard, animatrice au 14 bis.

BABY SITTING 4Iris, 18 ans est baby-sitter. « Je possède un bafa et je souhaite travailler. Le concept est vraiment sympa. J’ai appris à faire une carte et me mettre en avant, chose que je n’apprends pas au lycée ».


Outre l’expérience professionnelle, cette initiative lui aura permis d’ouvrir de nouveaux horizons. « Le plus angoissant dans cette soirée, c’est que mon profil ne corresponde à aucun parent ». Marjolaine et Benjamin sont venus trouver une nounou. « Les MAM sont complètes et une garde en crèche nous paraît compliquée. Je suis en fin de congé maternité et ce genre de système de rencontrer les gens en direct sans passer par internet est très intéressant. Cela permet de voir aussi si le courant passe ».

Les entreprises de l’agglomération recrutent. Malgré le contexte actuel, plus de 1000 offres d’emploi sont à la clé sur le secteur. « Les nouvelles perspectives d’emploi sont une des priorités du territoire. Fin 2017, le taux de chômage avoisinait les 7.5% sur le bassin yonnais, soit deux points inférieurs au niveau national. L’agglomération souhaite donner les clés de la réussite professionnelle à la fois aux demandeurs d’emploi, aux salariés mais aussi aux entrepreneurs », se félicitent Françoise Raynaud, élue chargée à l’économie et l’emploi et Solenn Le Cam, responsable du service emploi et insertion.  

bus de lemploi 1Françoise Raynaud et Solenn Le Cam

Depuis janvier 2017, l’agglomération a mis en place le Bus de l’emploi, pour informer les habitants des opportunités, leur proposer des offres de formation ou leur permettre de rencontrer des entreprises qui recrutent. En 2017, 10 actions ont été proposées. Environ 450 personnes ont été reçues par 21 entreprises, 17 partenaires et un organisme de formation. Rien que sur le premier semestre 2018, 398 ont déjà franchi le pas lors des 6 temps proposés.


Pour renforcer le dispositif, et pour la première fois, les agences d’intérim se réuniront le temps d’un après-midi, mercredi 19 septembre de 15h à 19h sur la place du théâtre. Plus de 1000 offres d’emploi y seront proposées dans des domaines aussi variés que l’industrie, le transport, la métallerie, le bâtiment ou encore la restauration.

bus de lemploi
Les bus de l’emploi reprendront du service le 13 septembre sur la place du marché à la Ferrière, à La Roche-sur-Yon place Napoléon le 11 octobre avec les entreprises de l’industrie, le 8 novembre avec les services à la personne et au nettoyage des locaux et enfin le 13 décembre sur le thème du bâtiment et des travaux publics. D’autres dispositifs existent comme le plan local pour l’insertion et l’emploi (PLIE), les chantiers d’insertion ou les clauses sociales.

La 4e édition du forum des créateurs d'entreprises se tenait aujourd’hui place Napoléon.

forum createurs dentreprises 2018 20180607 1534448050Françoise Contou (deuxième à gauche) et ses collaboratrices.

 

J’ai un projet ? Qui peut m’aider ? Quel type de structure dois-je aller voir ? C’est à ce genre de questions que les 27 exposants présents ont tenté de répondre en s’adressant aux futurs créateurs d’entreprises. Pour simplifier leur recherche, les organisateurs avaient identifié trois Pôle : Je me prépare, je finance et je m’installe, avec des intervenants comme des avocats, des experts-comptables, Pôle Emploi, la boutique de gestion, les assureurs…

« Plus 7 % de création d’entreprise, 591 000 créations d’entreprises en France en 2017. Le territoire a suivi aussi l’évolution. Ce matin on avait beaucoup de demandes de créations d’entreprises » indique Françoise Contou, responsable de la pépinière d’entreprises de la Roche-sur-Yon.

Tous les secteurs d’activité sont touchés par la création d’entreprise. Il n’y a pas de domaines qui sont plus forts que les autres. « Peut-être plus d’activités touristiques. » Ce matin, à l’atelier création mode d’emploi, on affichait complet.

Pour créer une entreprise, il suffit de bien se faire entourer et se faire accompagner surtout. Aujourd’hui, le parcours se fait convenablement. « Ce n’est pas un acte banal de créer son entreprise. C’est un investissement financier, personnel, un projet de vie. La création d’entreprise peut prendre six mois, un an voire deux ans. »

Le profil du créateur d’entreprise a plutôt rajeuni avec une moyenne d’âge de 36 ans. Ce sont plutôt des hommes. Les femmes représentent 38 % avec une tendance à la hausse. Elles étaient 33% l’année dernière.

Ce jeudi soir, Oryon lancera le premier site portail de la création d’entreprises, officiellement ce soir, à 19h45.

forum createurs dentreprises 2018 20180607 1534448050forum createurs dentreprises 2018 20180607 1534448050

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au fil du temps, la société évolue. Et les personnes handicapées sont de plus en plus prises en compte. Mais pouvoir appréhender professionnellement les différents troubles sensoriels ou physiques n’est pas toujours facile quand on ne vit pas avec au quotidien. Aussi l’IFAC organise régulièrement des formations BAFA sur des thèmes variés.

Cette semaine, les responsables avaient décidé de faire un focus sur le handicap. « Nous proposons différents modules comme la petite enfance, les temps périscolaires, la création de spectacles vivants et l’accueil des enfants handicapés », explique Martin Belaud, responsable de formation. Une quarantaine de cycles est organisée tout au long de l’année, principalement pendant les vacances scolaires sur différents sites vendéens ou de Loire-Atlantique en priorité. Il est possible de les retrouver prochainement sur le site web de l’IFAC.

 ifac 20180607 1754956217Les stagiaires de l'IFAC.

Une immersion dans une ULIS

Pour permettre aux 35 stagiaires, qui ont décidé de sauter le pas, de se confronter au réel, les formateurs ont souhaité les emmener vendredi après-midi en immersion dans une classe ULISS à l’école Notre-Dame aux Essarts. Outre les 12 enfants en situation de handicap que compte le groupe scolaire, ils pourront aussi côtoyer les autres bambins de l’école.

« Le but est de voir avec eux comment, tous ensemble, on peut composer avec nos différences et comment on peut s’en affranchir à travers nos loisirs. Nous allons travailler sur la notion d’inclusion grâce au jeu », détaillent Blandine Pinet, formatrice Bafa et enseignante spécialisée dans l’accueil des personnes en situation de handicap et Carine Couton, responsable pédagogique. En attendant de pouvoir franchir le pas, l’impatience se fait sentir chez les stagiaires. « Certains redoutent l’activité manuelle et d’autres la réaction des élèves sur le terrain. Les enfants peuvent avoir des réactions inattendues, mais ce sont des enfants et il faudra s’adapter. La notion de handicap peut entraîner des réticences et des appréhensions, mais ils ont juste des besoins éducatifs différents ». C’est la première fois qu’une telle immersion est réalisée sur le terrain.

Pour Camille, le Bafa option accueil des enfants handicapés est une évidence. « Je n’ai pas vraiment été confrontée au handicap. Cette formation c’est un véritable enrichissement. La vision des enfants n’est pas si différente et je veux prouver qu’ils ne le sont pas non plus. Ce sont juste les besoins qui changent ».

 

La 11e édition du forum « bosser l'été » s'est déroulée toute la journée à la chambre de Commerce et d'industrie. Un rendez-vous incontournable pour les jeunes qui souhaitent être accompagnés à l'occasion d'un premier entretien, d'un premier curriculum vitae ou d’une première lettre d'embauche. 

bosser lete 2018 20180307 2023760241

Bosser l’été : un outil d’éducation à l’emploi pour les jeunes.


Cette année, la formule a quelque peu changé, les organisateurs ont préféré au traditionnel samedi, un mercredi pendant les vacances scolaires pour faciliter la disponibilité des jeunes et des entreprises.

 

bosser lete 2018 20180307 2023760241«Ce système permet de garantir aux jeunes plus de possibilités en termes de présence d’entreprises. À la Chambre de Commerce et d’Industrie, le nombre d’employeurs présents était d’une trentaine, le double de l’année dernière " explique Jean-Christophe Arthur responsable du service jeunesse vie étudiante à la ville de la Roche-sur-Yon.

 

L’agriculture est le secteur qui embauche des mineurs dès l’âge de 14 ans pour faire un peu de maraîchage, castrer du maïs, ramasser du tabac. C’est un bon secteur pour les moins de 18 ans qui veulent se faire un peu d’argent de poche.

 

Pendant l’été, les entreprises ont besoin de personnel pour remplacer les employés qui partent en congé comme dans le nettoyage industriel, la manutention, et l’administratif. L’intérim est une bonne porte d’entrée aussi pour faire des remplacements.

bosser lete 2018 20180307 2023760241

Wilson a 24 ans. Il habite à la Roche et est venu pour la première fois au forum. « On est venu en espérant trouver un job pour cet été, mais pas que. Je cherche du travail maintenant, car je suis demandeur d’emploi. Je ne suis pas regardant sur le boulot. Je peux être manutentionnaire, hôte de caisse. »


Yamina, 18 ans, est aussi à la recherche d’un emploi. « C’est un peu difficile. Déjà, il faut être mobile et je ne suis pas mobile. » Sa seule expérience professionnelle, elle l'a eu à l’occasion de stages qu’elle a effectués en entreprise dans le cadre de sa formation. « Je suis un peu déçu, car les emplois proposés pour cet été et je souhaite aussi trouver quelque chose maintenant. »

 

Pour ceux qui n’auraient pas eu l’occasion de participer aux forums, les organisateurs assurent qu’on peut y arriver quand même, même si ça peut être plus difficile de décrocher des contrats jusqu’à début juillet. Les jeunes peuvent s'adresser au 14 bis, où ils trouveront des conseils, des adresses et un accompagnement.

 

Le 14 bis va déménager.

Il devrait intégrer la médiathèque à la rentrée prochaine. Ça sera toujours le 14 bis. On est en train de travailler avec ses professionnels pour que nos projets coïncident et que l’on puisse accueillir de la même manière les publics et trouver une valeur ajoutée en s'y retrouvant.


Le projet pourrait prendre forme dès septembre 2018.

 

 

restaurant ephemere 20180124 1854710577Une cinquantaine de personnes suivies par le PLIE ont dîné au restaurant le Karo, aux halles, à la Roche-sur-Yon, mercredi soir. Pour la plupart d'entre eux, ils n'avaient jamais poussé la porte d'un restaurant, c'était une première.

 

Le plan local d'insertion (PLIE) a mis en place sur quatre semaines ( octobre à novembre 2017 une action menée par le lycée nature qui a permis à un groupe de six participants, qui avaient pour la plupart une expérience dans la restauration collective, de mieux connaître les différents métiers et les contraintes de la restauration classique.

 

À 15 h, mercredi, six personnes s'étaient données rendez-vous au restaurant pas pour manger, mais pour préparer la salle et confectionner le menu du soir.


Une grande première pour ces apprentis cuisiniers qui ont confectionné avec l'aide de leurs encadrants le dîner. Il y avait au menu : Velouté de butternut, filet de volaille rôtie accompagnée de semoule citron vert confie grenade coriandre et de chips de patate douce, pomme confite au foin, arlette et glace yaourt.

 

restaurant ephemere 20180124 1691455069Un peu intimidés par les lieux et la tâche qui étaient devant eux, le groupe de restaurateurs d'un jour s'est mis aussitôt au travail : installation de la salle, inscription du menu sur le tableau, et cuisine pour préparer le repas. Tout cela sous l'œil bienveillant du cuisinier du restaurant et de Jean-Yves le Marec, chef cuisinier expérimenté devenu consultant pour qui ce fut une nouvelle expérience. « J'ai retrouvé des personnes de milieux et de cultures différentes et de faire une belle prestation en restauration semi-gastronomique en cuisine française. »

 

restaurant ephemere 20180124 1843883780Le temps de formation a été finalisé par un repas organisé au restaurant le Karo situé sur le parvis des halles. Pour Julien, le patron du restaurant, c'est aussi une expérience unique. « Ça nous intéressait de rendre service à ces gens-là. Cela donne du sens à ce qu'on fait, à notre métier. »


Mercredi soir, le restaurant était fermé au public. Il était privatisé pour les personnes suivies par le PLIE. « Cela nous fait sortir aussi un peu du cadre business/entreprise. On a donné un peu les grandes lignes du menu, ils ont retravaillé un peu dessus. »

 

C'est un grand moment de bonheur pour les personnes qui sont venues pour la première fois au restaurant.

 

« La prochaine fois, si nous renouvelons l'expérience, il faudra vraiment qu'on prévoie un service de garde d'enfants, car il y a plein de femmes seules qui ont des enfants et qui ne peuvent pas venir » confie Roselyne Meyer responsable du PLIE.

 

Le repas s'est déroulé dans une ambiance conviviale animée par deux musiciens professionnels qui eux aussi sont intervenus gracieusement : Charles Sanga (World Groove) et Matjé (chanson française voyageuse)

 

Le restaurant le Karo a été mis à disposition gratuitement, les musiciens professionnels sont également venus gracieusement. Les ingrédients du menu ont été pris en charge par le PLIE.

 

restaurant ephemere 20180124 2001022549restaurant ephemere 20180124 2001022549restaurant ephemere 20180124 2001022549restaurant ephemere 20180124 2001022549restaurant ephemere 20180124 2001022549

Le bus de l'emploi sera présent dans les quartiers de la Roche et même sur Moulleron le Captif et Dompierre sur Yon. Un rendez-vous thématique vous rechercher sur l'emploi dans un secteur précis.

 

Le 2è jeudi de chaque mois de 9 h30 à 12 h 30 vous pourrez rencontrer des conseillers CAF ainsi que des entreprises qui recrutent où qui comptent recruter.

 

bus de lemploi liberte 20170608 1243115971Les rendez-vous :

Jeudi 14 septembre 2017
La Roche-sur-Yon (parvis de la gare)
Les métiers du numérique Recrutement pour les formations “Digital marketing” et “Développeur web”. Offres d’emplois

 

Jeudi 12 octobre 2017
Mouilleron-le-Captif (place de la Marelle)
Les entreprises de Mouilleron-le-Captif recrutent

 

Jeudi 9 novembre 2017
La Roche-sur-Yon (place Napoléon)
Emploi et situation de handicap Recrutement et informations sur les aides pour le retour à l’emploi des personnes en situation de handicap

 

Jeudi 14 décembre 2017
Dompierre-sur-Yon (place de la Résistance)
Les entreprises de Dompierre-sur-Yon recrutent

ordonnance 12 septembre 20170908 2005464420À l'appel de l'intersyndicale CGT, FO, FSU et Solidaires, une manifestation est organisée, le mardi 12 septembre 2017, à 14 h, place Napoléon, pour dire "non aux ordonnances de régression sociale".

 

Les syndicats demandent l'abrogation des loi El Khomri et de la loi Rebsamen et "le rétablissement de la hiérarchie des normes".

 

Image : archive.

Abonnez-vous à notre newsletter
chargement