Actualité : Politique

La Roche-sur-Yon. Une pétition contre le projet du nouvel Hôtel de Ville.

Vendredi, plusieurs membres du parti socialiste de la Roche-sur-Yon avaient invité la presse en présence d’anciens élus.

PS.jpg

Tous dénoncent la marchandisation de l’hôtel de ville de la Roche-sur-Yon. Même s’ils reconnaissent que la rénovation de la partie moderne, la partie arrière du bâtiment, doit être faite comme la mutualisation de certains services. Pour le parti socialiste, l’accueil des citoyens dans ce bâtiment, l’accueil des mariages, de l’État civil doit se faire à l’hôtel de ville.

« C’est un cri d’alarme, un cri du cœur ! Le peu de patrimoine que la Roche-sur-Yon possède, il faut le conserver. Une pétition a été lancée en ligne pour sensibiliser les yonnais et plus largement les vendéens. Le peu de patrimoine que la Roche-sur-Yon possède, il faut le conserver » clame Sylviane Bulteau.


Même s’il ne conteste pas la rénovation qu’il juge nécessaire de l’hôtel de ville, pour Jean Burneleau, l’ancien adjoint de Jacques Auxiette,« Le maire actuel n’est pas propriétaire de sa ville, la ville ne lui appartient pas, il en est juste gestionnaire et il est prié de respecter les murs. Napoléon, a organisé la ville autour de la place en utilisant tous les symboles y compris le symbole de la liberté religieuse avec l’église Saint-Louis. Vouloir enlever, face à l’église, le pouvoir des citoyens et le transférer dans la rue Georges Clémenceau, c’est vouloir changer la vocation de cette ville à être une ville républicaine, garante de la paix au cœur du département. Vouloir changer d’emplacement, c’est détruire un symbole. »


Le parti socialiste demande que le symbole « liberté, égalité, fraternité » reste là où il est.  « Il y a des gens qui nous ont dit de créer une mairie à défendre (MAD). Qu’ils se méfient [Luc Bouard], nous n’en sommes pas loin. »


Une transformation vécue par l’ancienne députée
La permanence de Sylviane Bulteau, ancien députée de Vendée, qui était place Napoléon, a été transformée en commerce. « Cela veut dire que l’architecture du bâtiment historique de l’hôtel de ville, s’il est vendu pour faire des cellules commerciales, sera totalement transformée. Là aussi, je crois que c’est se moquer des yonnais » commente Sylviane Bulteau.

Une pétition est en ligne
Depuis une dizaine de jours, une pétition est en ligne. Elle rassemble 250 signataires. Parmi ces signataires, un élu Modem de la majorité Jack Mbéti Noah, conseiller municipal délégué à la médiation, aux actions socioculturelles dans le quartier.

Avant le conseil municipal de  mardi, le collectif proposera aux citoyens de signer la pétition, à 16 heures sous le kiosque de la place Napoléon.

La pétition

 

Publié le 17/09/2018
Abonnez-vous à notre newsletter
chargement