Ne plus se souvenir de ce que l’on vient de faire, pire, ne plus reconnaitre ses enfants ou l’être aimé, tel est le quotidien de nombreuses personnes touchées par la maladie d’Alzheimer.

 

Répéter encore et encore pour ne pas oublier ou pour tout simplement parce que la mémoire vient de faire défaut, pour l’entourage, la vie quotidienne peut parfois devenir lourde et finir à l’épuisement.

 

Tout cela, les Douillard l’ont vécu et le vivent encore, même si leur père, dit papi, est entré à l’ehpad de Saint-Martin-des-Noyers. « Ça fait mal de le voir dans cet état », s’exprime Maryvonne Praud, l’une de ses quatre filles.

 

Très vite, les enfants, et même la descendance, dont beaucoup de Yonnais, entrent en résistance.

 

Pour aider à leur manière ces aidants méritants, les membres de la famille veulent faire un don à France Alzheimer. Et si la maladie touche la mémoire, c’est par le théâtre qu’ils ont décidé de lui faire un pied de nez. Certains sont déjà acteurs depuis des années.

 

Alors ils créent les Douill’Artistes, réalisant tout de A à Z. Patrick Tirton, l’un des leurs, marié à une fille Douillard, prend sa plume et écrit la pièce « Saint-Honoré-les-Bouses ».

 

Les décors stockés chez un cousin sont réalisés par Bernard. Costumes, billetterie et même la mise en scène, tout est géré de main de maitre par la famille. Plus de cinquante personnes, tous unis par les liens du sang, se prêtent au jeu. Les 23 et 24 septembre, ils étaient sur les planches de la Longère de Beaupuy. Les bénéfices ont été versé à l’antenne vendéenne de France Alzheimer dans le but d’aider les aidants.

 

douillartistes 20171012 1925596563Contacts:
Facebook Douill’Artistes
Site : les-douillartistes-48.webself.net
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Publié le 12/10/2017