catherine 20171008 1859226549La Joséphine, cette grande course, tout le monde en parle, mais vue de l’intérieur cette manifestation est vraiment fantastique. On a testé pour vous.

 

Il faut y participer pour réellement la comprendre. Moi qui ne suis comme beaucoup, qu’une sportive du dimanche, j’ai choisi de prendre les chaussures pour apporter ma contribution à la course contre le cancer du sein.

 

Déjà dès le matin, sur la route qui me mène à la ligne de départ, les voisins m’interpellent et m’encouragent.

 

Certains ont déjà vécu la maladie de l’intérieur. Il faut dire qu’avec le t-shirt rose, je ne passe pas inaperçue. Sur la route, le doute s’installe, vais-je pouvoir tenir les 5km ?

 

La pluie qui commence à tomber, ne va-t-elle pas avoir raison de ma motivation ? Les Joséphine affluent vers la ligne de départ, trop tard pour faire demi-tour. Le départ est proche. Sur place l’ambiance est survoltée. Je me prête au jeu. Je retrouve même des copines, mais le parcours me fait peur. Vais-je aller jusqu’au bout ?

 

Sous les acclamations du public, nous nous élançons. Tout le long du parcours, les banderoles, les enfants, nous encouragent. Même les pompiers déplient la nacelle, pour nous saluer. Il n’est pas question d’abandonner. Alors je redouble de courage.
Certains enfants nous font même la ola. Les pieds sont lourds, mais la cause est belle. Même mes enfants sont là pour encourager leur maman. Alors on continue, coûte que coûte.

 

Voilà, la ligne d’arrivée tant attendue. Les derniers mètres sont longs, mais les encouragements de parfaits inconnus font chaud au cœur.

 

Finalement la Joséphine restera une magnifique aventure. Sans nul doute que la peur du début a laissé place à la joie de s’être dépassé et à l’envie de repartir l’an prochain.

Publié le 08/10/2017